Phéochromocytome

Discussion dans 'Espace de Discussion (Radiologie, Médecine)' démarrée par Nurse-Caro, 3 Juillet 2014.

  1. Nurse-Caro

    Nurse-Caro New Member

    Bonjour à tous et à toutes,
    Je me présente brièvement, je m'appelle Caroline, je suis étudiante en soins infirmiers et j'ai 24 ans. J'habite Lausanne, en Suisse.

    Tout d'abord, un bref descriptif de la raison pour laquelle j'ouvre cette discussion.
    Tout a commencé par la découverte fortuite d'une tachycardie sinusale constante à environ 105-110 pulsations/minute au repos. J'ai consulté un cardiologue qui, a l'auscultation, a décelé en souffle méso-télé-systolique. J'ai fait de nombreux examens, échographie cardiaque, ECG, Holter et finalement Remler. D'un point de vue cardiologique, rien d'autre à signaler si ce n'est une petite fuite mitrale.
    Ensuite, j'ai commencé à avoir des crises hypertensives. Des sueurs profuses, une sensation généralisée de malaise, des sortes de ''décharges d'adrénaline'' inexplicables. J'ai commencé à mesurer régulièrement ma tension. A noter qu'avant ces épisodes, je la prenais déjà car j'étais connue pour une hypotension. Bref, lors de la plus grosse crise, ma tension s'est élevée jusqu'à 177/134. A mon âge, il y a de quoi s'inquiéter. Mon cardiologue pensant à un phéochromocytome, m'a prescrit du coversum, qui a diminué la fréquence des crises et eu une certaine incidence sur la tachycardie également. J'ai ensuite été dirigée un spécialiste de l'hypertension. Celui-ci a ordonné que je fasse un dosage des catécholamines et des métanéphrines sanguines et urinaires. Le problème, c'est que comme je travaille, je ne peux pas me permettre de courir à l'hôpital dès qu'une crise se manifeste. Le médecin ne voulant pas effectuer d'examen radiologique comme me l'a conseillé mon chéri chirurgien, celui-ci m'a trouvé un bon ami à lui radiologue, qui a été d'accord de prescrire lui-même l'examen.
    Je n'ai pas encore discuté avec le radiologue, cependant j'ai déjà reçu les images.

    L'image ci-jointe, c'est mon irm. Je trouve la ressemblance assez frappante et inquiétante par rapport à cette image, trouvée sur google:
    http://1.bp.blogspot.com/-ziyeXnvqR...RE/Dz3GYkIRH8c/s1600/Pheochromocytoma+MRI.jpg

    Quelqu'un pourrait-il m'éclairer à ce sujet? Qu'en pensez-vous?

    Mon chéri n'étant pas au courant de la situation, je préfèrerais ne pas l'alarmer. De plus, son truc à lui, c'est la vasculaire... C'est la raison pour laquelle je me tourne vers vous aujourd'hui. Je compte sur votre aide! En vous remerciant par avance de votre intérêt et de votre gentillesse, je vous adresse à tous, mes meilleures salutations et vous souhaite une excellente journée!

    Caroline
     

    Pièces jointes:

  2. fxs

    fxs Administrator Membre de l'équipe

    Re : Phéochromocytome

    Internet ayant une diffusion mondiale (enfin presque! puisque dans certains pays, on censure internet), il n’est pas sûre que la discrétion soit assurée en ayant formulé la question de cette manière
    Je ne comprends pas trop la question. Dès lors je me contenterais de quelques remarques sur le diagnostic différentiel radiologique des masses surrénaliennes.
    1) De nombreuses maladies ont la même apparence radiologique.
    2) Le radiologue ne fait pas d’histologie avec ses rayons X (c-à-d il ne peut pas caractériser la nature d'un tissu; il ne voit pas directement les cellules comme le font les pathologistes avec leur microscope ). Dès lors il ne peut déterminer la nature d'une masse surrénalienne. L’imagerie est donc non spécifique. A une seule exception près, si la masse contient une forte quantité de graisse et, pour ce cas précis, le radiologue parle de myélolipome (c'est une tumeur graisseuse bénigne).
    3) Pour une masse surrénalienne, selon la densité au scanner ou son signal en IRM, parfois, le radiologue peut dire si une masse surrénalienne est bénigne ou maligne. Bien souvent, le résultat est indéterminé. Et de toute façon, ce n’est qu’une hypothèse radiologique à interpréter en fonction du dossier clinique.
    4) Une masse surrénalienne bénigne (adénome par exemple) peut coexister avec un cancer ailleurs.
    5) En général, on ne peut pas dire qu’une masse surrénalienne est maligne sauf s’il existe des métastases ailleurs (Même avec des grosses masses, on a eu des surprises…)
    6) Il arrive que des masses de la loge surrénalienne naisse de tissu rétropéritonéal. Une masse de la "loge surrénalienne" peut être autre chose que du tissu surrénalien.

    En bref, quand je vois des masses de la loge surrénalienne, je suis plutôt circonspect et descriptif....

    C’est ce que j’aurais fait en premier

    @+


    N.B. sur info-radiologie.ch, il y a aussi de belles images de masse surrénalienne! Pas besoin d'en prendre ailleurs...
     

Partager cette page